Le retour des CLAMP sur le devant de la scène !

Bandes Dessinées

La série de manga Cardcaptor Sakura revient chez Pika Édition le 15 novembre, dans nos contrées. Il s’agit de la suite directe du manga terminé en 2000 par le studio CLAMP. À cette occasion, je vous propose de découvrir un peu mieux le fameux studio, car s’arrêter à Sakura serait très dommage. (Même si ce manga fait partie de mes favoris.)

cardcaptor-sakura-jellyfishthinks

Cardcaptor Sakura Clear Card

Les dōjinshi (同人誌 【どうじんし】) sont, au Japon, des magazines amateurs, comme peuvent l’être les fanzines. Ils traitent de nombreux sujets, comme la littérature ou la bande dessinée. Ils sont le plus souvent vendus lors de conventions, et, s’il existe des œuvres originales, un grand nombre parodient ou rendent hommage à des mangas populaires.

Le projet CLAMP naît en 1987. Une douzaine d’amies du même cours de dessin décident de se regrouper pour réaliser ensemble des dōjinshi. Il s’agit de Mokona Apapa, Satsuki Igarashi, Mick Nekoi, Nanase Ohkawa, Tamayo Akiyama, Sei Nanao, Leeza Sei, Soushi Hisagi, Kazue Nakamori, Shinya Ohmi, Inoue Yuzuru et O-Kyon. En 1988, une dynamique très productive s’est installée entre les jeunes femmes, qui vont jusqu’à publier un dōjinshi par mois. Cependant, au début de cette même année, Inoue Yuzuru quitte le projet. Ce sera le premier départ d’une longue liste avant que le studio ne trouve sa forme définitive.

Mais ne nous laissons pas abattre. Au printemps 1989, elles commencent à publier leurs premiers mangas de manière professionnelle, grâce au succès de RG Veda. Au début des années 90 se dessine le studio tel qu’il est actuellement. Des talents s’imposent, tandis que des assistantes aux rôles moins essentiels décident de partir. De sept membres à la fin 89, le studio passe à quatre en octobre 92, et restera ainsi jusqu’à aujourd’hui, avec Ohkawa Nanase, Mokona Apapa, Mick Nekoï et Igarashi Satsuki.

Au fil des ans, CLAMP a su s’imposer comme un studio majeur, avec nombreux best-seller et œuvres cultes. Cela tient à l’extraordinaire alchimie entre ses membres, et une répartition du travail efficace pour chaque projet, laissant à chacune le loisir de s’y épanouir à sa manière.

yuuko-clow-jellyfishthinks

Yūko Ichihara et Clow Reed

Lire un manga de CLAMP est toujours extrêmement agréable, on ne peut nier que les quatre mangakas sont douées. Tant au niveau du dessin, des découpages, des scénarios, tout est maîtrisé. Mais ce qui me plaît le plus, à titre personnel, ce sont les personnages. Ils sortent bien souvent des archétypes, le manichéisme n’a pas cours dans leurs personnalités. Ils sont écrits avec finesse et en subtilité. Les enjeux sont de même, bien différent de ce qu’on peut voir d’habitude. De plus, rares sont les mangas du studio qui n’ont pas plusieurs niveaux de lecture. Ainsi, même Sakura n’est peut-être pas vraiment le dessin animé pour enfant dont vous vous souvenez. Surtout qu’à son passage en version animée, beaucoup d’éléments ont été retiré. On retrouve dans chaque histoire une mythologie solide et poétique, inspirée des traditions japonaises, mais aussi de certaines cultures occidentales. Le tout confère une identité très forte à l’univers développé par les quatre femmes. Car il s’agit bien d’un univers, d’un multivers même. Des lieux et des événements se retrouvent de récits en récits, des personnages existent en différentes versions dans différents mondes, les destins se croisent, des actions arrivant dans un univers trouvent leurs conséquences dans un autre. Et quand on commence à bien connaître le travail de CLAMP, c’est un plaisir de relever ce qui se fait écho.

Clamp-Anime-Expo-2006-jellyfishthinks

Les membres du studio en 2006

Parmi les nombreuses œuvres du studio (je vous invite à cliquer ici pour avoir une bibliographie complète), mes favorites et celles que je vous recommande chaudement, sont les suivantes :

Tokyo Babylon, on y retrouve déjà les thèmes majeurs du quatuor ;

X, véritable clef de voûte de leur univers étendu ;

Cardcaptor Sakura, qu’on ne présente plus ;

Lawful Drug, pas la plus connue, mais j’ai une véritable affection pour cette – courte – série ;

Chobits, si votre PC avait forme et personnalité humaine… un très doux conte moderne ;

Tsubasa Reservoir Chronicle et xxxHOLiC je mets ces deux-là ensemble, car les intrigues (surtout au début) s’entrecroisent et les connexions sont très nombreuses. Pour avoir toutes les informations et subtilités, lire les deux est bien mieux.

Et dans tous les cas, le 15 novembre, foncez en librairies, vous ne serez pas déçu !

Pour aller plus loin :

http://www.infoclamp.net/

https://www.nautiljon.com/people/clamp.html

Share Button
H. Gray
Écrit par H. Gray

Bonjour à vous, mollusques de tous horizons. Ici je me nomme H. Gray et si je devais vénérer un dieu, ça serait Dionysos – et pas ce romain de Bacchus, faut pas déconner. Je vous parlerai séries télés, mode, littérature, dessins animés, parfois jeux vidéos ou choses insolites. Dans la vie, j’ai un diplôme de styliste/modéliste (oui, comme A.J) et je prends très au sérieux tout ce qui ne l’est pas. Ce blog est pour moi l’occasion de recommencer à écrire. Je voulais faire écrivain, en cinquième, puis journaliste. C’est une façon de renouer avec l’enfant à l’intérieur de moi. (Comment ça, je n’ai jamais cessé d’être en contact avec l’enfant à l’intérieur de moi ?)

Répondre