Black Sails : des pirates pas clichés

Séries Américaines

Ça devait bien faire trois ans que Blacks Sails se trouvait dans ma liste de séries à voir. Moyennement motivée j’ai fini par la lancer pour voir. Moins d’une semaine après, je l’avais terminé et me voici donc pour vous en vanter les mérites.

Black Sails se passe vingt ans avant le roman l’Île au trésor de Stevenson. Moitié fiction avec les personnages emblématiques du roman elle s’ancre néanmoins profondément dans le réel en incorporant de vrais pirates tels que Barbe noir, Anne Bonny, John Rackham et Charles Vane. De ce savant mélange, elle tisse un portrait de l’âge d’or de la piraterie qui va bien au-delà d’un simple roman d’aventures porté à l’écran.

Avant toute chose, la série n’est pas exempte de défauts, notamment esthétique, car si un grand soin est apporté aux décors et aux costumes il faut tout de même plaire à une audience moderne et pour cela pas question d’avoir des pirates édentés et des femmes pas épilées. Le caractère des personnages est romancé et s’ils restent profondément humains, je ne suis pas convaincue que Jack Rackham se reconnaîtrait dans ce portrait. Pour finir, par moment un poil trop de sentimentalisme et de valeurs modernes viennent alourdir l’ensemble. Si je commence par les points négatifs c’est parce je ne souhaite pas donner l’image d’une série parfaite et que la suite risquant d’être un peu enthousiaste pourrait donner cette idée.

Bon et avec tout ça pourquoi est-ce que je voudrais parler de cette série au monde entier ? C’est une excellente question à laquelle je vais répondre immédiatement.

Il y a quelques raisons assez évidentes pour ça, un casting impeccable, une superbe photo, des intrigues qui se tiennent (franchement c’est déjà plus que 50 % des séries que j’ai pu regarder dans ma vie), une bande-son plutôt sympa et puis qui n’aime pas les histoires de pirates ? (Ne répondez pas je sens que je vais être déçue.)

Il y en a d’autres, moins évidentes, à commencer par le fait que la série soit plus profonde qu’il n’y paraît. En surface, c’est une histoire de pirates, mais en filigrane se dessinent les enjeux de la conquête du Nouveau Monde par les empires occidentaux. La série explore en profondeur, et sans trop de complaisances, au travers de ses personnages des problématiques épineuses telles que l’esclavage, le racisme, la prostitution, la justice, la condition féminine. La confrontation brutale entre l’Empire britannique et le microcosme de pirates qui sévit à Nassau est également l’occasion d’interroger ce qu’est la civilisation et ce qui est perçu comme la loi et l’ordre. Le chaos apporté par la piraterie est-il si éloigné de la justice expéditive de l’Empire ? On regrettera cependant que le sort des natifs de ces îles soit passé sous silence.

Les personnages principaux comptent des personnages racisés et des femmes et même des femmes racisées ! En soi, ça vaut déjà la peine de le mentionner, mais le plus beau c’est que ces personnages ne sont pas réduits à leur sexe ou leur couleur de peau. La série réussit le pari de traiter les problématiques liées au genre ou à la couleur de peau sans enfermer les personnages là dedans. Ces personnages sont complexes et ne sont ni meilleurs ni pires que les autres. Petit bémol cependant sur le fait que le seul acteur asiatique (il me semble) est certes présent dans presque tous les épisodes, mais ne prononce pas plus de 20 phrases durant toute la série.

 

La bisexualité est un non-problème et c’est rafraîchissant. Attention, cela ne veut pas dire que les personnages bisexuels n’ont aucun problème par rapport à ça dans la série, rapport au contexte de l’époque, mais simplement que la série ne remet pas en question la bisexualité, ce n’est pas une phase ni une bizarrerie, c’est comme ça et c’est tout et personne ne remet ça en cause. Toutes les histoires d’amour et de sexe sont valides et traitées avec le même respect. Ça devrait toujours être comme ça, mais ce n’est le cas et c’est donc important de le souligner.

Je l’ai déjà mentionné plus haut, mais la série contient des personnages féminins vraiment badass et très bien traités. Personnellement je trouve que c’est un argument suffisant pour lancer la série. Je sais je l’ai déjà dis, mais c’est une sujet qui me tient à cœur, que voulez-vous.

La série n’est pas parfaite et je suis sûre qu’on pourrait trouver à redire même sur les points que j’ai évoqués, mais elle n’en reste pas moins une bonne série, prenante, bien écrite et avec de sacrés atouts à sa disposition. J’ai conscience d’être restée vague, sur les personnages et l’intrigue, mais je souhaitais préserver un maximum de suspense parce que je sais que la série n’est pas particulièrement connue et qu’il y a fort à parier que beaucoup d’entre vous ne l’ait pas encore vue.

Share Button
Écrit par BatVador

Répondre