De Gaga à Lady, le retour d’une reine

Musique

Ce jour est à marquer d’une pierre blanche dans vos calendriers mais surtout dans vos cœurs. Aujourd’hui est le jour où Lady Gaga sort un nouvel album. Après 3 ans d’absence, autrement dit : beaucoup trop de temps, Mother Monster revient, plus Lady que Gaga. Retour sur son parcours, sa passion, son univers, ses engagements.

jellyfishthinks-lady-gaga-naturelQuand la chanson Just Dance et son clip ont débarqués sur les ondes, en 2008, beaucoup se sont dit “Encore une chanteuse pop de plus, elle ne passera pas l’été.” C’était sans compter sur le talent de notre chère Stefani, qui en connaissait déjà un bout sur le milieu. En effet, c’est un véritable OCDNI (Objet Chantant et Dansant Non Identifié) qui entre dans nos vies, pour ne plus jamais nous quitter.

Après plusieurs tentatives pour percer dans le milieu et malgré une voix unique plus que puissante, c’est en créant un univers singulier que Stefani Germanotta, alias Lady Gaga (en référence à la chanson Radio Gaga de Queen) se fait une place sur le devant de la scène. Au menu, sonorités pop et electro, tout en mettant en avant sa voix rauque et groovy ; esthétique tantôt rétro-pop acidulé, tantôt gothico-baroque ; et clips titanesques.

C’est avec son premier album, The Fame, qu’elle met en place l’ensemble de sa création, le tout semble alors plutôt léger. Les titres Poker Face, Love Game et Eh, Eh (Nothing Else I Can Say) sortent en single et permettent au public international de s’imprégner totalement du nouveau souffle que Lady Gaga souffle sur les charts. Elle transforme l’essai en sortant une deuxième édition de son album, The Fame Monster, en 2009, y ajoutant 11 nouveaux titres, dont les fameux Bad Romance, Telephone, Alejandro, entre autres. L’univers esthétique se fait alors plus sombre, plus complexe. La critique l’encense, les ventes explosent, les tournées (The Fame Ball Tour et The Monster Ball Tour) qui suivent successivement les deux albums l’emmènent aux quatre coins du globe, pour plus de 18 mois de show.

jellyfishthinks-lady-gagaLa consécration arrive avec le troisième album, Born This Way, sorti en 2011, plus engagé, plus mystique ou tout simplement profond. Elle prône alors le respect de soi dans Born This Way, interprète la tradition chrétienne avec Judas, nous présente son alter ego, Jo Calderone, dans Yoü and I et nous parle de son envie de réussir dans Marry The Night. Bien que sa base musical reste la même, pop, rock, dance, quelques inspirations se font sentir, heavy-metal, opéra, techno, disco. Lady Gaga reste sur la lancée de ses deux premiers albums, tout en tentant déjà d’y apporter d’autres saveurs.

En 2013, c’est le nouvel opus, ARTPOP, aux sonorités renouvelées et aux textes moins diplomates, qui fait débat. Si les fans de la première heure s’accrochent au talent et à la vision de leur Mother Monster, lui permettant alors de développer son univers jusqu’où elle le souhaite. D’autres – et principalement les critiques et ses détracteurs – l’accablent, dénonçant un gros faux-pas, ou un travail non abouti. Bien que le titre Applause soit largement diffusé, il devient rapidement évident que l’album ne rencontre pas le succès de ses prédécesseurs. La majorité de son public regrettant alors un changement de cap trop brutal, beaucoup plus électro, et passant malheureusement à côté de magnifiques titres comme Gypsy ou Aura.

 

 

Dénonçant à demi-mots son entourage (maison de disque, producteurs) de l’avoir poussée à sortir cet album trop rapidement, prouvant ainsi qu’il ne vient jamais que du bon à traiter les artistes comme une grappe de raison, il marque une vraie rupture dans sa carrière. Stefani se tourne vers l’actoring (Machete Kills, Sin City, American Horror Story) et prend le temps de sortir de sa zone de confort (plus si confortable que ça) et de faire un album jazz, Cheek to Cheek, en duo avec Tony Bennett, démontrant par la même occasion la qualité de sa puissance vocale.

jellyfishthinks-lady-gaga-joanne-album-coverDéjà trois titres de son nouvel album, sobrement intitulé, Joanne – en référence à sa tante, décédée très jeune – sont connus et ce sont tous deux de petites pépites. C’est le retour aux sources qui sonnent chez Lady Gaga, une sonorité définitivement rock 50’s aux inspirations country , tantôt électrique tantôt acoustique, une certaine simplicité qui place les textes et sa voix au premier plan. Dans son premier clip, Perfect Illusion, on a le plaisir de la découvrir plus naturelle que jamais, sans artifices, sans pour autant perdre d’énergie. Comme la Stefani qu’elle a toujours voulu être, plus Lady que Gaga. Tendance qui se confirme à l’écoute du second extrait, Millions Reasons, dont on a hâte de découvrir le visuel mais également sur le dernier titre qu’elle vient de présenter, A-YO.

 

 

jellyfishthinks-lady-gaga-joanne-perfekt-illusion

 

Au-delà de l’artiste, c’est un véritable personnage que Stefani se crée, chacune de ses apparitions devenant alors une performance artistique, novatrice ou provocatrice. Le tout supervisé par sa Haus of Gaga, un collectif d’artistes gérant l’intégralité de l’univers visuel de la chanteuse.

Souvent accusée d’être trop « trash » ou vulgaire, je crois personnellement qu’elle a juste – très intelligemment compris – que c’était le meilleur moyen de percer, se faire entendre et de diffuser son message. Elle est d’ailleurs très engagée auprès de la cause LGBT+, se définissant elle-même comme bisexuelle, elle est reconnue comme une icône gay, dont la communauté la supporte grandement. Mais c’est aussi pour l’égalité des droits et la fin des injustices qu’elle se dresse. Par exemple, en écrivant et interprétant la chanson, Til It’s Happen To You.

Share Button
A.J.
Écrit par A.J.

Vous vous demandez bien qui peut se cacher derrière ces quatre petites méduses, un peu farouches mais très passionnées. Du coup, c’est un peu le moment où je dois vous parler de moi… Pour le côté barbant, j’ai un bac littéraire option arts plastiques puis j’ai obtenu mon diplôme de stylisme/modélisme. Mais à vrai dire, tout cela importe peu pour vous et pour ce qu’il se passe ici. Le fait est que j’ai toujours aimé écrire et qu’en faisant des études de mode j’ai laissé derrière moi beaucoup de mes passions. Parmi lesquelles, l’art, la danse, l’histoire, etc… Aujourd’hui, j’ai décidé de renouer avec tout ce que j’aime, sans exception. Et je prends plaisir à le partager avec vous tous.

Répondre