La conquête romaine (3/3) : La Romanisation

Histoire

Dans le dernier article, nous avions parlé de Baudica, de sa rébellion et de sa chute. Nous avions aussi vu les répressions violentes lancées par les Romains pour écraser les rebelles. Malgré cela, Caeus Julius Agricola (Général Romain) joua plus dans la finesse que ses prédécesseurs pour conquérir la Bretagne.  Il installa la pax romana en instaurant des relations donnant-donnant avec les peuples locaux. Ainsi, il inspira un certain respect pour les Romains de la part des Celtes, qui voyaient bien ce que les colons pouvaient leur apporter par le commerce et l’apport de nouvelles techniques et technologies. Cette période de « paix » sonna le début de la romanisation, l’époque où se passe Kaamelott par exemple.

 

 

Tony Kerins" Roman Britan - Life in Chedworth" (Bretagne romain - vie à Chedworth)

Tony Kerins » Roman Britan – Life in Chedworth » (Bretagne romain – vie à Chedworth)

Par ce biais, les peuples conquis pouvaient continuer à exercer leur pouvoir comme auparavant, à condition de faire ça « à la romaine ». Agricola encouragea les chefs à se conformer au mode de vie romain : porter une toge, apprendre le latin, éduquer leurs enfants en les envoyant à l’école… Ces chefs furent donc eux même promoteur de la civilisation romaine et petit à petit, les élites se firent absorber par le système romain.

Les bains romains à Bath

Les bains romains à Bath

La romanisation sonne aussi l’heure de l’urbanisation. La construction de ville fut fortement encouragée et elles furent érigées comme les villes romaines : de larges rues, de grands bâtiments et surtout, des murs d’enceinte. La ville de Bath en est un très bon exemple et les bains qui y ont été construits montrent aussi le parfait syncrétisme (mélange de religions) entre les croyances celtes et romaines car ils ont été érigés à la gloire de Sulis Minerva, un déesse mi-celte, mi-romaine.

 

Cependant, certains peuples ne s’étaient pas laissés séduire par la romanisation. Les Pictes (les « peints »), qui vivaient dans l’actuelle Ecosse, continuaient à résister. Les Romains finirent même par penser que les Écossais ne pouvaient être conquis, et c’est en 122 après J.C. qu’Hadrien commença à ériger son fameux mur. Celui-ci avait pour fonction de séparer la partie sous contrôle romain des terres sauvages. Cette protection était aussi un instrument de contrôle, car tout ceux qui passaient par là devaient payer des taxes et se soumettre à un contrôle douanier.

 

Le Mur de Game of Thrones

Le Mur de Game of Thrones

Dépilage par le feu (méthode de minage précédant l'invention des explosifs) dans une mine bretonne

Dépilage par le feu (méthode de minage précédant l’invention des explosifs) dans une mine bretonne

La romanisation continua au Sud, l’élite vivant plutôt bien l’occupation. La paix régnait et leur niveau de vie s’était considérablement amélioré. Ils vivaient dans de belles villas décorées de fresques et de mosaïques. Mais seule une faible partie (environ 10%) de la population pouvait profiter de ce luxe. Pour les autres, les bretons moyens et pauvres, l’existence était bien plus difficile.

C’est cette catégorie de population qui haïssait les Romains. En plus d’une répression à coup de raides et d’une exploitation allant jusqu’à l’esclavage (notamment des mines où les romains exploitaient au maximum les ressources naturelles du pays), les Bretons subissaient aussi l’arrivée de la peste, ramenée par les Romains. Sympa.

 

Scène de Kaamelott, d'Alexandre Astier

Scène de Kaamelott, d’Alexandre Astier

Cependant, au IIIème siècle, le vent commença à tourner en faveur des Bretons. Pendant que le nouvel Empereur Constantine 1er imposait la religion chrétienne, les invasions barbares forçaient les romains à diviser leur empire en deux et la construction de tours fut lancée (ce qui n’est pas sans rappeler le beau-père du roi dans Kaamelott qui fait incessamment construire des tourelles). En plus des invasions barbares, les Pictes exploitèrent des brèches dans le mur d’Hadrien et les Irlandais débarquèrent sur les côtes du Pays de Galles.

 

A la fin du 4ème siècle, le chute était inévitable. Beaucoup de Romains virent la fin venir et repartirent chez eux, sans jamais revenir. Encore une fois, on en voit un exemple dans Kaamelott, lorsque Caïus se rend compte de l’état de l’Empire romain et accepte de devenir un seigneur « breton ».

 

 

Les Romains repartant chez eux, de moins en moins de soldats étaient donc disponibles pour repousser les attaques. Quand Constantine III retira son armée, alors que les Barbares attaquaient de tous les côtés, les Bretons se relevèrent enfin. Le peuple n’en pouvait plus, que ce soit les esclaves, les pauvres ou les riches, l’occupation pesante et les impôts très lourds n’étaient plus supportables et, en plus, on les laissaient se débrouiller avec les invasions ! En 408, une révolte éclata, les représentants de Constantine furent expulsés et la Bretagne se défendait enfin seule. Les Romains, trop occupés à se défendre contre les Barbares en Italie décidèrent tout simplement d’abandonner la Bretagne.

 

The Romans Leaving Britain (les romains quittant la Bretagne), John Everett Millais

The Romans Leaving Britain (Les Romains quittant la Bretagne), John Everett Millais

Le Bretagne redeviendra alors une terre divisée en plusieurs tribus non unifiées mais au moins, elle sera libre.  Et elle se débrouillera très bien toute seule puisqu’en 493 elle remporte la Bataille de Mont Badon (Mons Badonicus en latin et Mynydd Baddon en gallois) où un chef breton, Ambroise Aurelien (Emrys Wledic en gallois) défit l’armée saxonne. Ce personnage aurait d’ailleurs surement inspiré celui du roi Arthur !

Malgré ces belles victoires, les Bretons n’en ont pas fini de se battre, puisqu’ils subiront des attaques saxonnes et vikings. Ils seront gouvernés tantôt par les uns, tantôt par les autres, chaque peuple laissant sa trace dans l’histoire de l’Angleterre.

J’espère que cette série d’articles vous a plu et qu’elle vous a permis d’en apprendre un peu plus sur cette période de l’histoire de la Grande-Bretagne. On se revoit bientôt pour un nouveau saut dans le temps !

Share Button
E.V.
Écrit par E.V.

Hi everyone ! Ici votre commandant de bord, E.V. ! Notre bateau de croisière en destination du Royaume-Uni passera par les Etats-Unis, l’Inde, l’Australie, l’Afrique et bien sûr l’Irlande ! Je vous servirais de guide en vous en apprenant un peu plus sur des évènement marquant de tout ce monde anglophone ou sur des personnages importants. Nous passerons aussi en revue des écrivains ainsi que certaines de leurs œuvres ou certains des courants littéraires auxquels ils appartiennent (ou appartenaient). Bon voyage à bord de Jellyfishthinks Crusades© !

Répondre