Men&Chicken, luxe calme, volupté danoise

Cinéma

L’humour danois est (et reste) un grand inconnu pour moi. Je suis allé voir ce film pour sa bande-annonce détonante et Mads Mikkelsen. Je n’ai pas été déçu.

Deux hommes courant à côté d'oies

Les sport et les animaux, deux loisirs sains

L’œuvre commence fort en nous présentant les deux personnages principaux : Elias et Gabriel. Ces deux frères ne sont unis que par leur famille et le bec de lièvre que leur père leur a transmis. Tout le reste les oppose. L’un est sociable et l’autre farouche ; l’un est poli et l’autre outrecuidant ; l’un aspire à oublier l’autre qui l’aime inconditionnellement. C’est suite à un tragique événement que l’idée qu’ils ont de leur famille est changée. Bien décidé à découvrir toute la vérité, Gabriel part sur l’île d’Ork et Elias le suit. On découvre ainsi un univers étrange avec ses personnages à la fois caricaturaux et si justement interprétés qu’ils en deviennent presque complètement crédibles. La suite du film évolue de la comédie noire (il parait que c’est le genre qu’on lui a attribué) à un hybride mêlant film d’enquête, comédie, drame social, et science-fiction (ou fantastique, ça reste à débattre).

Je ne sais pas très bien d’où sort cet ovni, mais force est de constater que j’ai vraiment farouchement apprécié ce film. J’ai énormément ri, j’ai été scotché, et j’ai mené l’enquête avec Gabriel. Les personnages au demeurant si étranges se révèlent plutôt attachants et on veut vraiment connaître le fin mot de l’histoire. De plus, c’est un film qui pose quelques questions relativement à la légitimité, l’éthique, la morale, l’éducation, la société, le regard des autres, l’élitisme, l’eugénisme, la science, la zoophilie, l’estime de soi, et surtout, surtout, quand est-ce qu’on mange. (C’est une blague, mauvaise, mais une blague). Alors, mon conseil : si l’absurde ne vous rebute pas trop, foncez ! Il rejoindra très sûrement ma bluraythèque quand je serai riche (et célèbre).

Gif de Di Caprio haussant les épaules en souriant

Moi, après le film, pas tout compris mais enthousiaste

Share Button
Thomas Jack
Écrit par Thomas Jack

Répondre