Ces séries que j’ai adorées puis abandonnées

Aujourd’hui je vais faire 3 déclarations d’amour teintées d’amertume.  Des relations très intenses qui ont fini par me décevoir, des ruptures qui se sont faites parfois brusquement, parfois au fil du temps… A force de lassitude et de soupirs agacés.

Oui, aujourd’hui, je vous parle de 3 séries que j’ai follement aimées puis tristement abandonné en cours de route, parce que j’en avais juste assez.

 

GLEE

jellyfishthinks-ces-series-que-jai-laissé-tombé1
 

Qu’est-ce que Glee ?

William Schuester (Matthew Morrison) est professeur d’espagnol au sein du lycée McKinley dans l’Ohio. Un beau jour, il décide de reprendre en main le club de chant, totalement tombé en désuétude et de lui redonner son éclat d’antan. Il va pour ce faire, réunir des étudiants aux profils très variés : de l’intello à la pom pom girl, du joueur de football américain à l’élève discret en fauteuil roulant… Tout ce petit monde va tenter de cohabiter tant bien que mal pour redonner au Glee Club son prestige passé.

Pourquoi j’ai tant aimé cette série

J’ai été rapidement séduite par l’ambiance de Glee, car je l’avoue, j’ai toujours eu un faible pour les « teenage movies ». Même si les comédies musicales ne sont (vraiment) pas ma tasse de thé, j’ai su passer outre pour suivre les pérégrinations du Glee Club et de ses membres.
Et puis, même si les poussées de chansonnettes ne sont pas vraiment ma tasse de thé, il y a tout de même des passages musicaux que j’ai vraiment adoré :

 

 

 

Pourquoi j’ai arrêté

Mais je dois bien admettre qu’à partir de la saison 2, j’ai commencé à passer outre certains passages musicaux qui m’ennuyaient. Puis  j’ai commencé à perdre de l’intérêt pour la série à partir du moment où toute la fine équipe quitte le lycée pour entrer à l’université. La bande est éclatée et nous les suivons chacun dans leur coin tandis que de nouveaux lycéens prennent leur place dans le Glee Club.

Blaine et Kurt

Blaine et Kurt

À force, j’en suis même venue à ne suivre la série que pour le beau petit couple que forment Kurt (Chris Colfer) et Blaine (Darren Criss) : mes personnages favoris. Malheureusement, même s’ils sont assez importants dans la série, ils ont un rôle secondaire et leurs apparitions ne furent un jour plus assez régulières pour que j’eusse envie de supporter toujours plus de chants et de danse.

C’est donc assez progressivement et tout à fait naturellement que j’ai arrêté de regarder Glee.

Cependant, j’ai appris avec soulagement que la série s’est achevée au terme de la saison 6, ce qui me donne l’espoir qu’un jour j’aurais le courage d’achever ce que j’ai commencé, mais au vu de la longueur de ma liste de séries à regarder, ça m’étonnerait beaucoup.
Je garde quand même de formidables souvenirs de cette série pétillante et pleine de bonne humeur !

 

PRETTY LITTLE LIARS

jellyfishthinks-ces-series-que-jai-laissé-tombé-PLL
 

Qu’est-ce que Pretty Little Liars ?

Adapté de la série de roman “Les Menteuses” de Sara Shepard, Pretty Little Liars, est l’histoire de cinq lycéennes inséparables : Alison (Sasha Pieterse), Aria (Lucy Hale), Hanna (Ashley Benson), Emily (Shay Mitchell) et Spencer (Troian Bellisario). Une nuit, Alison se volatilise et est portée disparue.

Un an plus tard, alors que l’on vient tout juste de retrouver le corps de leur amie disparue, les quatre amies commencent à recevoir des messages de menaces d’un certain “A”. Celui-ci détient à leur propos des informations très compromettantes. Ne pouvant alerter la police, les jeunes filles se lancent elles-mêmes dans l’enquête à la recherche de l’identité de ce mystérieux “A” qui décidément en sait beaucoup trop sur elles et surtout sur Alison.

Pourquoi j’ai tant aimé cette sériejellyfishthinks-ces-series-que-jai-laissé-tombé-PLL2

Au début PLL et moi c’était une grande histoire d’amour, j’ai tout de suite accroché au pitch de départ ! Pourtant je n’ai jamais été très “girly” dans l’âme, mais tout le mystère qui entourait ces 4 jeunes filles et ce fameux “A” me fascinait ! Enchaînant les saisons, dévorant les épisodes, je faisais fi des quelques longueurs et faiblesses de scénario qui pointaient une à une le bout de leur nez.

Pourquoi j’ai arrêté

alison

alison

Et puis ça a commencé à me titiller, ça a fini par vraiment me gêner et enfin, un jour, je n’ai plus eu envie de voir l’épisode suivant. Le soucis avec PLL c’est que tout l’intérêt de la série s’articule autour de l’identité de “A”. Une fois l’identité de “A” dévoilée, la série prend fin, car c’est là sa seule raison d’être. Il en résulte alors que les scénaristes passent par tous les détours possibles pour faire durer le récit.

Cela laisse donc la voie libre à des incohérences monumentales. Je ne parle pas de ces petits détails qui font tiquer les spectateurs les plus attentifs, mais bien de pans entiers de scénario qui ne collent pas entre eux. Beaucoup de mystères n’ont jamais été résolus, vite ensevelis par d’autres événements qui surviennent.

De plus, la longueur interminable de la série nous donne vite l’impression de regarder les Feux de l’amour pour adolescents, les couples se défont, se refont, des personnages disparaissent pendant plusieurs épisodes et réapparaissent dans une pirouette maladroite des scénaristes.
PLL s’est donc enfoncée dans le même problème que beaucoup d’autres séries ont, ou ont eu : elle marche bien donc elle continue, même si son scénario s’est essoufflé depuis 2 voir 3 saisons déjà.
Malgré tout cela, PLL reste l’une des premières séries que j’ai suivi avec attention, elle aura donc toujours une place particulière dans mon cœur et c’est peut-être pour ça que ma rancune est aussi grande.
Mais bon  s’il y a bien une chose que j’aimerais toujours dans cette série c’est son générique.

 

 

ONCE UPON A TIME

jellyfishthinks-ces-series-que-jai-laissé-tombé-OUAT
 

Qu’est-ce qu’Once Upon a Time ?

Henry en est persuadé, il vit parmi des personnages de conte de fée. Du haut de ses 10 ans, il lit en secret un ouvrage qui raconte l’histoire des héros de Grimm ou de Perrault d’une façon tout à fait inédite. Il est certain alors, que tous ces personnages sont sous le joug d’une malédiction et ont oubliés qui ils étaient. Sa maîtresse d’école serait donc Blanche-Neige et sa mère adoptive, la méchante reine (the Evil Queen). Il part à la recherche de sa mère biologique qui l’a abandonné et la convainc de rester à Storybrooke pour en percer le mystère.

Pourquoi j’ai tant aimé cette série

La méchante reine et Blanche-Neige dans le monde réel

La méchante reine et Blanche-Neige dans le monde réel

Ce qui m’a beaucoup plu dans OUAT c’est cette nouvelle approche que la série proposait des contes de fées. Les personnages sont extrêmement bien développés. Régina, la méchante reine est un personnage extrêmement complexe et au passé difficile, elle n’est pas devenue méchante du jour au lendemain, Rumplestilskin n’est pas qu’un magicien cynique et cruel aux pouvoirs infinis, Blanche-Neige est loin du cliché de la princesse en détresse… Je ne veux pas trop vous en dire car révéler les caractéristiques de chacun des personnages serait vous spoiler. Les contes sont mélangés, les personnages complexifiés et ce point de vue tout à fait nouveau de personnages fait tout le charme de la série.

 
 

Pourquoi j’ai arrêté

A partir de la saison 3, la série commence à s’essouffler mais rien d’alarmant. C’est le succès de la Reine Des Neiges qui a tout fait basculé selon moi.

jellyfishthinks-ces-series-que-jai-laissé-tombé-OUATELSAANNA

Anna et Elsa dans le monde réel

Tout le charme de OUAT résidait dans cette nouvelle image des personnages de conte de fée, mais lorsqu’Elsa et Anna qui font leur apparition dans la saison 4, elles ressemblent en tout point à leur version Disney (je précise que la série est diffusée sur ABC une chaîne qui appartient à Disney) . L’histoire et l’apparence d’Elsa et Anna ont été inchangeés à quelques ridicules détails près. C’est tout bonnement du fanservice, mais du fanservice lourd et maladroit. Je suis une grande fan de Disney ne vous y trompez pas. Seulement, tout l’intérêt de OUAT, selon moi, résidait dans la profondeur qu’elle apportait à ses personnages. Les créateurs de la série ont été trop gourmands, ils ont voulu surfer le succès de la Reine des Neiges, et cela à l’air de fonctionner… Personnellement, la vision d’Elsa dans son éternelle robe bleu glace aux côtés des autres personnages en jean et t-shirt a été la cerise sur le gâteau, j’ai tout de même regardé la saison jusqu’au bout, mais je ne suis jamais allé plus loin.

 

Des séries trop longues ?

Comme vous l’avez peut-être remarqué, les raisons pour lesquelles j’ai arrêté ces séries sont assez similaires : elles sont trop longues. La longueur, c’est un mal qui touche malheureusement beaucoup trop de séries, courbant l’échine devant la loi du “tant que ça marche, on continue”. C’est comme si les producteurs et/ou créateurs des dites séries attendaient que tout le monde en ai assez pour s’arrêter et je trouve ça dommage.

jellyfishthinks-ces-series-que-jai-laissé-tombé-supernaturalUne série qui se termine au “bon” moment, même au sommet de sa gloire restera dans l’inconscient collectif comme une bonne série, tout le monde en gardera un très bon souvenir.

J’aurais pu garder un bon souvenir de Pretty Little Liars si elle ne s’était pas jetée dans le ridicule et dans le monde des séries, le ridicule, ça tue. Je comprends la démarche qui s’opère derrière la longévité d’un TV Show, comme dans tous les domaines, l’univers des séries n’échappent pas à la cruelle loi du bénéfice. Je comprends qu’une chaîne souhaite renouveler sa série à l’infini tant qu’elle fait de l’audience. Car même si j’ai personnellement abandonné, je sais que beaucoup de gens useront de leur courage et iront jusqu’au bout d’une série même s’ils n’en trouvent plus le sens.
Parfois (bien que trop rarement), des séries sortent du lot et n’hésitent pas à s’achever alors même qu’elles auraient pu attirer du monde pour encore 3 ou 4 saison. Je prends pour exemple Breaking Bad, cette excellente série qui s’est terminée il y a bientôt 3 ans mais que personne n’a oublié pour autant. Parce que Breaking Bad a suivi une trame précise, et lorsque l’histoire était fini, les créateurs n’ont pas cherché à la rallonger et je les remercie pour ça.
PLL, Glee et OUAT resteront des séries qui m’auront marquées, qui, un temps, auront égayées mes longues soirées d’hiver et mes après-midis pluvieux…

Jesse Pinkman (Aaron Paul) and Walter White (Bryan Cranston) - Breaking Bad _Season 5 - Photo Credit: Frank Ockenfels/AMC

Maintenant, j’ai très envie de savoir quelles séries vous avez abandonnez ? N’hésitez pas à vous exprimer dans les commentaires !

Share Button
Captain Hock
Écrit par Captain Hock

Le capitaine Hock (c’est moi) vogue librement sur le net sous le pavillon des pirates qu’il admire tant. Grand passionné de cinéma et de séries, jamais ne s’achève une journée sans que le capitaine Hock ne se soit rendu dans une salle obscure ou n’est échoué devant un épisode d’une série US ou britannique ! Il aime aussi la littérature, l’Histoire et tant d’autres choses pourvu qu’elles l’emmènent loin de la réalité (à défaut de pouvoir aller s’installer en Terre du Milieu). Après 3 ans de licence de japonais et un an passé chez les nippons, le capitaine Hock est dans le triangle des Bermudes de sa vie. Il travaille dans un cinéma en attendant de trouver sa voie. C’est alors qu’il était en pleine crise existentielle que 3 petites méduses l’ont sauvé et lui permettent aujourd’hui d’écrire et de partager ses passions avec toi moussaillon.

Répondre