Mr. Selfridge : chronique d’un grand magasin

Séries Britanniques

J’ai un faible pour les séries en costumes de la BBC. Pour être honnête, j’ai un faible pour beaucoup de choses, mais ce n’était pas tellement le sujet et du coup ça serait bizarre que je vous en parle là. Le problème de beaucoup de séries de ce type c’est qu’elles présentent une version idéalisée et édulcorée de l’Histoire. C’était la réflexion que je m’étais faite en regardant The Paradise il y a quelques années. The Paradise est une adaptation libre du roman de Zola, Au Bonheur des dames, un livre que j’avais adoré. J’avais donc été déçue d’autant plus que je suis fascinée par les grands magasins et que j’ai trouvé l’ensemble lisse et superficiel. Et puis, la magie d’Internet est passée par là et j’ai découvert Mr Selfridge et je suis tombée amoureuse. Je vous vois venir, je ne suis pas tombée amoureuse de Mr Selfridge lui-même, mais bien de la série tout entière.

Mr. Selfridge - http://www.pbs.org/wgbh/masterpiece/programs/series/mr-selfridge/

Mr. Selfridge – http://www.pbs.org

Le point de départ de l’histoire est assez simple : le projet d’Harry Selfridge, homme d’affaires énergique et charismatique est d’ouvrir le premier grand magasin à Londres. De fil en aiguille, il bâtit un empire grâce à ses idées audacieuses et visionnaires et en s’appuyant sur son talent à s’entourer des bonnes personnes.

Je sais, question résumé c’est succinct, mais comme la série vient d’entamer sa quatrième saison je voudrais éviter de vous gâcher la découverte, si vous ne l’avez pas encore vue.

Contrairement à The Paradise (qui est quand même une série sympathique, ceci n’est pas du bashage en règle, mais la comparaison saute immédiatement à l’esprit), Mr Selfridge n’est pas seulement l’histoire de ses personnages, mais c’est aussi et surtout celle de son époque.

 

Si vous aimez les séries en costumes, les personnages complexes qui évoluent et les fresques historiques et sociales, je ne saurais que vous conseiller cette série. Mais comme je me doute que vous n’allez pas forcément me faire confiance comme ça, je vais vous donner quelques bonnes raisons de vous y mettre.

 

Harry Selfridge -http://www.mirror.co.uk/tv/tv-news/mr-selfridge-star-katherine-kelly-7083486

Harry Selfridge – http://www.mirror.co.uk

— Harry Selfridge est le personnage principal, incarné par l’excellent Jeremy Piven, mais il est très loin d’être le seul personnage. Heureusement d’ailleurs, car si Harry Selfridge est incontestablement charmeur, intelligent et charismatique, il est aussi orgueilleux, impatient et égocentré. Dans sa volonté de modernisme et de progrès, il se heurte sans cesse à la société conservatrice et à la bassesse parfois affligeante de la haute société. Mais c’est un homme qui sait s’entourer et s’embarrasse peu du sexe de la personne qu’il emploie, seul compte son talent. De fait, il est entouré d’hommes et de femmes dévoués, mais dotés de personnalités extrêmement fortes et chacun de ces personnages a le droit à sa propre histoire et à sa propre évolution.

 

— La série comporte de très nombreux rôles féminins et s’attache de près à montrer le combat de chacune pour l’émancipation. Bien sûr, certaines scènes et propos peuvent faire grincer des dents, car l’époque n’est pas tendre avec les femmes. La société les réduit encore quasi systématiquement aux rôles de mères et de femmes soumises lorsqu’elle n’a pas besoin de les utiliser. Mais ces femmes, en travaillant et en ayant leur chance, se trouvent d’autres aspirations et parfois d’autres modèles de vie. Entre désir de conformité et de progrès, elles se découvrent fortes, intelligentes et capables. L’époque est résolument sexiste, mais la série ne l’est pas et les rôles féminins sont tout aussi nombreux et importants que les rôles masculins et c’est rafraîchissant.

 

Chez Selfridge - http://www.mirror.co.uk/tv/tv-news/mr-selfridge-star-katherine-kelly-7083486

Chez Selfridge – http://www.mirror.co.uk

— Le personnage principal de la série c’est avant tout le grand magasin. Avec ses comptoirs de cosmétiques, de chapeaux, ses ascenseurs, ses devantures magnifiques. Il est le centre des enjeux et reflète par ce qui y est vendu l’évolution de la société. Le maquillage qui passe de sous le comptoir à dessus, l’avènement du prêt-à-porter, mais également par les gens qui y travaillent, les femmes, mais aussi les personnes de couleurs et le racisme.

 

Ms. Mardle - http://www.itv.com/thismorning/showbiz/amanda-abbington-mr-selfridge

Ms. Mardle – http://www.itv.com

— La série est à multiples facettes et a l’avantage d’une série chorale : si certains personnages vous sortent par les yeux vous n’aurez pas à les supporter non-stop. Cependant, il est dur de haïr réellement un personnage, car ceux-ci sont complexes et capables à la fois des pires bassesses et de la plus grande générosité et ne sont pas à l’abri d’une évolution très intéressante au fil des saisons. Sans vous spoiler, un des personnages qui m’agaçait le plus au début de la série est maintenant mon personnage préféré.

 

 

— C’est une série de la BBC et chaque saison ne comporte que 10 épisodes, c’est donc de la qualité et c’est assez rapide à rattraper. En bonus, les accents chamarrés du Royaume-Uni et du monde entier.

Enfin, il faut bien se l’avouer, les décors sont superbes et les costumes impeccables. C’est un magnifique voyage dans le temps et grâce à son rythme la série n’est jamais pesante ou ennuyeuse. À moins de détester les séries historiques, vous n’avez désormais plus aucune bonne raison de ne pas laisser sa chance à Mr Selfridge.

Les employés du magasin - http://www.pbs.org/wgbh/masterpiece/programs/character-hub/series/mr-selfridge/character/mr-grove_s506/

Les employés du magasin – http://www.pbs.org

Share Button
BatVador
Écrit par BatVador

1 Commentaire
  1. Cousin Nalesk

    Bonjour !

    C’est regardable par quel biais ? Netflix, torrent, streaming… ?

Répondre