Mais qui sont les Young Avengers ?

Comics, Littérature

Aujourd’hui, c’est comics, parce que ça fait longtemps.
Les Young Avengers. Petit bijou fait comic mainstream, la série narre les aventures d’une équipe de supers-héros, qui se prête très bien à la découverte de l’univers Marvel.

 

La première équipe, avec Jessica Jones ©Marvel

La première équipe, avec Jessica Jones ©Marvel

 

Vous connaissez tous probablement les illustres Avengers, les plus grands héros de la Terre. Mais voilà, en 2004, dans le très bon Avengers Disassembled (Avengers : la Séparation), l’équipe est dissoute suite à l’hécatombe provoquée par l’un d’entre eux.

Young Avengers Assemble ! ©Marvel

Young Avengers Assemble !

Les mois passent. Les super-héros sont toujours en activité, mais aucune super-équipe digne de ce nom pour les rassembler tous et dans les ténèbres les lier. Les jeunes décident alors de prendre les choses en main. Le monde voit apparaître une toute nouvelle équipe qui se fait appelée les Jeunes Vengeurs. Composée d’Asgardian (Billy Kaplan), Hulkling (Teddy Altman), Iron Lad (une version jeune de Kang le conquérant) et Patriot (Eli Bradley). Ces jeunes héros ont la particularité d’être chacun liés à l’un des vengeurs d’origine. Ainsi que d’être des gros fans de super-héros. Un peu comme Kick-Ass, mais dans le Marvelverse, en plus édulcoré et sans critique politique. La Vision, Speed (Tommy Sheperd), un nouvel Œil-de-faucon (Kate Bishop) et Stature (Cassie Lang) rejoignent bientôt l’équipe – et même Loki un peu plus tard. Cette petite troupe se met alors en tête de remplacer leurs aînés, aux abonnés absents.

Cependant, ce sont des ados et leur manque d’expérience et leur jeunesse font que Captain America et Iron Man ne voient pas d’un bon œil leur activité. Nos Jeunes Vengeurs vont donc devoir prouver leur légitimité, tout en continuant à gérer leur double identité et leurs vies personnelles – on fait dans le classique, en somme.

« Bon c’est bien sympa tout ça, mais visiblement, ça casse pas trois pattes à un canard… » te dis-tu alors, ami lecteur.

Eh bien que nenni ! Tous d’abord parce que ce résumé, c’est vraiment le pitch de départ. Les 6 premiers chapitres y sont consacrés, autant dire l’introduction. Une fois posé, on s’en éloigne assez vite, et les choses sérieuses commencent. Je ne tiens pas à vous spoiler plus avant, mais sachez juste que les choses sont loin d’être ce qu’elles semblent. Notamment à propos des identités des Jeunes Vengeurs. Certains d’entre eux sont très importants à l’échelle du Marvelverse et indispensables pour quelques arcs de ces 5 dernières années.

La V2

La V2

De plus, les créateurs et auteurs-dessinateurs ayant repris le flambeau sont des grands noms du comics ou de la télé, et font un travail de dingue pour cette équipe, on sent qu’ils aiment leurs bébés. Pour en citer quelques uns : Allan Heinberg et Jim Cheung sont les créateurs, puis Jamie McKelvie et Kieron, mon héros, Gillen ont repris le flambeau pour le volume 2. Le dernier duo a d’ailleurs apporté à la série un côté indé à ne pas piquer des hannetons, avec de nombreuses références qui devraient vous plaire si vous nous lisez.

Ensuite parce que l’histoire a beau ne pas être follement originale dans les premiers chapitres, les personnages sont, eux, rafraîchissants. Ces trois dernières années, Marvel a beaucoup travaillé pour la diversité dans ses comics. Mais les Young Avengers ont commencé en 2005, et leur mouture était déjà sacrément diverse. Sur la douzaine de membres ayant fait ou faisant partie de l’équipe, seulement deux cochent les critères « mâle-cis-blanc-hétéro », et même ces deux là ne sont pas ce qu’on pourrait appeler des clichés… On est divers et variés chez les Jeunes Vengeurs ! Et ce n’est vraiment pas fait de la façon : « on case plein de minorité, regardez nos jolies minorités !  » parce qu’il n’y a jamais vraiment eu de communication axée là-dessus (contrairement à une com maladroite pour Ms. Marvel), et que dans l’histoire ça parait le truc le plus normal du monde. Moi j’aime bien.

 

Captain n'est vraiment pas marrant ©Marvel

Captain n’est vraiment pas marrant ©Marvel

 

A ce titre, on peut noter que la série a remporté en 2006 et 2014 un GLAAD Media Award, qui “sont des récompenses décernées par la Gay & Lesbian Alliance Against Defamation depuis 1990 afin de reconnaître et récompenser les œuvres, médias et personnalités pour leur rôle dans la représentation de la communauté LGBT.” source. Ainsi qu’en 2006 le Harvey Award de la meilleur nouvelle série. Ces deux prix sont prestigieux et récompensent toujours des œuvres admirables.

La V2, dessinée par le premier dessinateur de la série, c'est le genre de trucs que j'adore ©Marvel

La V2 de l’équipe, dessinée par le premier dessinateur de la série, c’est le genre de trucs que j’adore ©Marvel

 

Enfin, parce que l’équipe est jeune et comprend des personnages quasiment tous inédits tout en étant quand même très liés au Marvelverse. C’est la série par-faite si vous souhaitez attaquer les comics côté Marvel. Vous y ferez facilement vos premiers pas en compagnie de nos jeunes héros. Une bonne partie de leurs aventures sont trouvables facilement en français, chez Panini Comics.

Fun Fact : si le nom Teddy Altman vous dit quelque chose, ce n’est pas du tout fortuit. Allan Heinberg, un des deux créateurs de l’équipe originale, a aussi travaillé sur la série télévisée Grey’s Anatomy, où l’on retrouve le docteur Teddy Altman. Les Young Avengers existaient déjà à l’époque de la première apparition du Docteur Altman, c’est donc bien un un clin d’œil du comic à la série télé.

 

Teddy Altman et Teddy Altman, mesdames et messieurs ! (Theodora à gauche et Theodore à droite) ©Marvel

Teddy Altman et Teddy Altman, mesdames et messieurs ! (Theodora à gauche et Theodore à droite) ©Marvel

Share Button
H. Gray
Écrit par H. Gray

Bonjour à vous, mollusques de tous horizons. Ici je me nomme H. Gray et si je devais vénérer un dieu, ça serait Dionysos – et pas ce romain de Bacchus, faut pas déconner. Je vous parlerai séries télés, mode, littérature, dessins animés, parfois jeux vidéos ou choses insolites. Dans la vie, j’ai un diplôme de styliste/modéliste (oui, comme A.J) et je prends très au sérieux tout ce qui ne l’est pas. Ce blog est pour moi l’occasion de recommencer à écrire. Je voulais faire écrivain, en cinquième, puis journaliste. C’est une façon de renouer avec l’enfant à l’intérieur de moi. (Comment ça, je n’ai jamais cessé d’être en contact avec l’enfant à l’intérieur de moi ?)

Répondre