La Guerre des Deux Roses (suite et fin)

Histoire

Nous nous étions quittés sur une situation très particulière. L’Angleterre a désormais deux rois : Edouard IV (Edouard d’York) et Henri VI (Henri de Lancastre). Pour ceux qui aurait un petit trou de mémoire, cliquez sur le lien. Bien sûr, cette situation est intolérable pour les deux souverains. Va donc s’en suivre un des épisodes les plus sanglants de l’histoire du Royaume Uni : la bataille de Towton.

towton3

Bataille de Towton

     En mars 1461, deux armées de vingt milles hommes se font face de chaque côté d’une rivière. Les troupes yorkistes la traversent, aidées par la force du vent. Ils sont si rapides que leurs archers peuvent tirer leurs flèches sans que les Lancastre n’aient le temps de riposter. Les conditions climatiques sont immondes, le brouillard masque toute la visibilité mais le roi Edouard se bat à pied avec ses hommes ce qui leur donne le courage d’avancer.

     Les Lancastre se rendent compte de leur mauvaise posture et battent en retraite. De nombreux soldats tentent de traverser la rivière Cock Beck, mais ils sont rattrapés par les yorkistes. Ils sont tués les uns après les autres. Les corps sont si nombreux qu’ils forment un pont sur la rivière sur lequel les lancastres fuient.

    

Edouard IV

Edouard IV

Fort de cette victoire qui causa la mort de plus de 20.000 soldats, le roi Edouard lance deux autres campagnes (au Pays de Galles et au nord de l’Angleterre) tout en tentant (ça ressemble à un vire-langue ça !) de se réconcilier avec des personnes influentes de la dynastie des Lancastre. Pour se faire des alliés, il promet de protéger toutes les possessions de ceux qui lui jureraient fidélité. Et ça marche ! En un an, la dynastie York tient le roi Henri VI en son pouvoir, tous les Lancastre étant alliés, en exil ou mort.

     Grâce à ces alliances, une trêve s’installe pendant cinq ans. Cependant, le roi Edouard IV ne se doutait pas que le danger pourrait venir de son propre camps. Le compte de Warwick, un de ses plus vieux alliés, va tenter d’usurper le trône d’Edouard IV.

     Warwick s’était exilé en France après le couronnement d’Edouard IV car il

Le comte de Warwick

Le comte de Warwick

ne s’entendait plus avec lui (Warwick ayant des envies de pouvoir auxquels Edouard n’a pas pu répondre). Après avoir tissé des liens avec le roi Louis XI, il entre en contact avec Marguerite d’Anjou (dont Louis XI avait racheté la liberté lorsqu’elle était enfermée dans le tour de Londres avec Henri VI). Grâce à elle, Warwick se marie avec une des filles du Prince de Galles et donc… devient un Lancastre ! Après ce mariage il retourne en Angleterre et y est très bien accueilli puisqu’il a su s’infiltrer adroitement chez l’ennemi. Ne lui reste plus qu’à reconnaître Henri VI et à le sortir de sa tour (#rapunzel). Edouard IV s’exile en France mais pas pour longtemps puisqu’en 1471 notre cher York sort de son exil et regagne l’Angleterre avec une petite armée. Éclate alors la bataille de Barnet.

          Encore une fois, les conditions climatiques sont exécrables puisqu’un brouillard très dense s’installe pendant que les troupes d’Edouard VI avancent. La visibilité est si mauvaise qu’aucune des deux armés ne se rend compte qu’elles ne sont pas tout à fait positionnées l’une en face de l’autre, ce qui provoque une ouverture sur le flanc droit de l’armée d’Edouard VI. Les soldats Lancastre, sous le commandement d’Edouard de Lancastre, (oui autant nous simplifier la tâche en ayant deux dirigeants opposés avec le même prénom) s’engouffrent dans la brèche. Cependant, le brouillard empêche les yorkistes de s’apercevoir de l’ouverture ! L’armée ne s’inquiète donc pas, ce qui lui permet de continuer à se battre à gauche et au centre. Warwick est tué et l’armée Lancastre est en déroute. L’armée d’Edouard IV poursuit les Lancastre, en infériorité numérique.

Bataille de Barnet

Bataille de Barnet

Edouard de Lancastre tente alors de se diriger vers un terrain plus propice à la défense : au milieu de collines et de talus qui empêchent Edouard IV de déployer se forces. Mais celui-ci arrive tout de même à le prendre par surprise près d’une forêt ce qui pousse les Lancastre à fuir au milieu des arbres. Les yorkistes les débusquent et les tuent. Edouard de Lancastre est égorgé ce qui porte un coup fatal au parti des rouges. S’en suit la capture de la reine Marguerite (encore !) et la mort mystérieuse d’Henri VI.

Les enfants d'Edouard, Paul Delaroche

Les enfants d’Edouard, Paul Delaroche

Edouard IV devient donc le dirigeant incontestable de l’Angleterre en 1471 et une paix (relative) s’installe dans le pays. Mais tout cela prend fin lorsqu’Edouard IV, ayant oublié de mettre une petite laine sur les champs de bataille, meurt de pneumonie. C’est ballot.

     Un autre personnage entre alors en jeu, le duc de Gloucester, frère d’Edouard IV. Avide de pouvoir, il déclare les deux fils de son frère de naissance illégitime, les enferme et les tue. Le tableau de Paul Delaroche illustre le moment où les deux frères sont sur le point de se faire assassiner. Ils se tiennent la main, se pressent l’un contre l’autre, pendant que le chien aboie, annonçant la venue de leur bourreau (joie et bonheur !).

Le duc de Gloucester prend ensuite le pouvoir et règne sous le titre de Richard III. La scène d’ouverture de la pièce de Shakespeare qui porte son nom donne une bonne idée de la laideur intérieur et extérieur de ce personnage.

 

Pour la version en anglais, voici un lien vers une interprétation de 1955 : cliquez ici.    

Richard III (ou Lord Farquad?)

Richard III (ou Lord Farquad?)

Richard fait régner la terreur en Angleterre et certains ne sont pas d’accord avec sa façon de gouverner. C’est le cas notamment du duc de Buckingham qui organise un soulèvement en France (où il est exilé) en faveur d’Henri Tudor. Il prend la mer avec son armée mais la rébellion avorte à cause du mauvais temps (et après on va dire qu’il ne fait pas toujours moche en Angleterre…). Le duc de Buckingham est assassiné mais, en 1485, Henri Tudor débarque lui même au Pays de Galles.

   Une bataille éclate alors à Bosworth, entre l’armée de Richard III et celle d’Henri Tudor, et, comme dans toutes les batailles de cette guerre décidément, aura lieu une « trahison » qui changera la donne au milieu de la bataille. Je mets trahison entre guillemets car la famille Stanley, se battant au départ dans les rangs du roi Richard, n’avait d’autre choix que de se ranger aux côtés du tyran, puisqu’il tenait un des fils de la famille en otage. Malgré cela, ils auront le courage de se retourner contre le ravisseur et de rejoindre l’armée des Tudor (ne vous inquiétez pas pour l’enfant, le message indiquant que son père avait trahi le roi est arrivé trop tard, et il n’a pas été exécuté, ouf !).

Bataille de Bosworth

Bataille de Bosworth

Henri VII

Henri VII

     En partie grâce à ce nouvel allié, Henri Tudor est couronné sur le champ de bataille, sous le nom d’Henri VII. Richard III avait été désarçonné et tué pendant la bataille, c’est d’ailleurs juste avant sa mort que Shakespeare lui fait

dire (dans le pièce Richard III) : « Un cheval, mon royaume pour un cheval » ( « horse! A horse! My kingdom for a horse!« ). Son corps est dénudé et transporté à Leicester pour prouver à tous que Richard est bien mort et qu’il n’a pas pu s’échapper du champ de bataille.

    Henri VII, arrivé à Londres, fait enfermer le compte de Warwick dans la tour de Londres et se marie avec la fille du roi Edouard : Elizabeth d’York. Les deux familles sont réconciliées, la guerre est enfin terminée.

     Vous n’avez plus qu’à vous plonger dans la série The Tudors pour savoir ce qui va se passer ensuite, même s’il ne faut pas oublier que pour faire une bonne série historique, il est nécessaire de romancer certains faits.

 

     A la prochaine pour d’autres aventures du monde anglophone !

Share Button
E.V.
Écrit par E.V.

Hi everyone ! Ici votre commandant de bord, E.V. ! Notre bateau de croisière en destination du Royaume-Uni passera par les Etats-Unis, l’Inde, l’Australie, l’Afrique et bien sûr l’Irlande ! Je vous servirais de guide en vous en apprenant un peu plus sur des évènement marquant de tout ce monde anglophone ou sur des personnages importants. Nous passerons aussi en revue des écrivains ainsi que certaines de leurs œuvres ou certains des courants littéraires auxquels ils appartiennent (ou appartenaient). Bon voyage à bord de Jellyfishthinks Crusades© !

Répondre