5 danses dans les clips musicaux – francophone !

Art, Audio et Vidéo, Musique

Alors qu’il y a un mois Lady Brett vous proposait de quoi vous déhancher, en vous faisant une sélection de 5 clips chorégraphiés, voici aujourd’hui la suite, mais cette fois-ci entièrement consacrée à des artistes francophones ! En cette journée de finale de “Danse avec les stars” (édition française), et alors que nous échappons rarement au clip chorégraphié du vainqueur (ou participant) par la suite, ce n’est pas Alizée , Keen’V, Matt Pokora ou Tal, qui me contrediront. Le moment est donc tout désigné pour vous présenter un petit récap’ des clips chorégraphiés qui valent le coup…

On peut toujours essayer de faire aussi bien que les ricains !

  • Le plus classique : Daft PunkAround The World

https://www.youtube.com/watch?v=s9MszVE7aR4 

On commence par un grand classique ! Connue à travers le monde (HAHAHA, à travers le monde, jeu de mots ! ok, je sors…), pour son rythme entêtant, sa chorégraphie si robotique ainsi que son texte plus que facile à retenir… Et oui ! Les seules paroles sont les trois mots du titre, tellement répétée qu’elles finissent pas se graver dans notre tête. Le clip est fantasque et surtout révolutionnaire pour l’époque, je rappelle qu’il est sorti en 1997. Je résume : Du bon son et un clip bien sympa  !

  • Le plus déformé : Christine & The QueensSaint Claude

 

J’annonce tout de suite que je n’aime pas franchement la chanson, mais si on la met de côté et que l’on s’intéresse uniquement au clip, voici mon avis : splendide ! J’ai même au départ été contrariée d’apprécier. Mais force est de reconnaître que la performance de la chanteuse ( qui interprète elle même la chorégraphie) est bien maîtrisée, bien que peu en relation avec le texte. On apprécie l’esthétique très forte, qui propose un seul protagoniste se mouvant dans une pièce entièrement rouge. De plus, l’intensité du clip va crescendo par le biais de la déformation du personnage au cours de la chorégraphie, pour finir par une belle envolée.

  • Le plus sensuel : Shy’mOn se fout de nous

Habituée depuis ses débuts aux clips chorégraphiés : Je sais, Je suis moi, ou encore Prendre l’air, elle remporte Danse avec les stars en 2011 et lance définitivement sa carrière en prouvant son talent scénique. J’avoue (presque honteuse) avoir eu de la sympathie pour elle dès ses débuts, et me permets d’affirmer qu’elle ne cesse de déployer ses ailes et d’assumer son art. En 2012, elle sort Caméléon, un album plus abouti, et est de retour avec des chorégraphies renforcées par son expérience de danses de salons. Le clip de ‘On se fout de nous’ a été très controversée à sa sortie puisque jugée trop sexy, il a même été censuré (annulée depuis), mais la timide Tamara veut désormais sortir de sa coquille et confirme sa lancée avec son nouvel album, Solitaire.

  • Le plus coloré : StromaePapaoutai

 

Traitant de la relation père-fils, cette chanson de Stromae propose une esthétique très forte nous replongeant dans les 50s, à base de bermudas et grandes chaussettes. Il  avait déjà réalisé une très belle performance pour le clip de Formidable en se mettant en scène sur la place publique. Cette fois-ci il s’appuie sur une mise en scène plus en relation avec un quotidien chaotique d’un enfant en manque de son père, remplacé par une poupée de cire. Seuls les refrains sont chorégraphiés, et on notera l’excellente performance des danseurs mais également celle de Stromae lui-même, qui entre à son tour dans la danse.

  • Le plus patriote : Emmanuel MoireBeau Malheur

 Originaire du Mans comme moi, je soutiens l’enfant du pays ! Outre ma grande sympathie pour l’artiste et son parcours, il nous raconte sa propre histoire, et nous invite à découvrir ses anciens tourments. Nous proposant au passage un renouveau musical après une traversée difficile, il a fini par renouer avec le succès. On ne peut nier le bénéfice d’avoir remporter la finale de Danse avec les stars, en 2012. En plus de nous parler de lui à travers le texte, il laisse également parler son corps au côté de sa partenaire, Fauve Hautot, avec laquelle il a créé une belle complicité. Sous la houlette de la “reine” Pietragalla, la chorégraphie est très contemporaine, et laisse transparaître le trouble d’une vie passée.

Parce que je ne me lassera jamais de leur tête !

Je vous laisse désormais prendre les paris sur la finale de Danse avec les stars, et vous encourage à vous laisser entraîner par la danse…

– A.J.

 

 

Share Button
A.J.
Écrit par A.J.

Vous vous demandez bien qui peut se cacher derrière ces quatre petites méduses, un peu farouches mais très passionnées. Du coup, c’est un peu le moment où je dois vous parler de moi… Pour le côté barbant, j’ai un bac littéraire option arts plastiques puis j’ai obtenu mon diplôme de stylisme/modélisme. Mais à vrai dire, tout cela importe peu pour vous et pour ce qu’il se passe ici. Le fait est que j’ai toujours aimé écrire et qu’en faisant des études de mode j’ai laissé derrière moi beaucoup de mes passions. Parmi lesquelles, l’art, la danse, l’histoire, etc… Aujourd’hui, j’ai décidé de renouer avec tout ce que j’aime, sans exception. Et je prends plaisir à le partager avec vous tous.

Répondre