Avatar, La Légende de Korra

Séries, Séries Américaines

« Earth. Fire. Air. Water. Only the Avatar can master all four elements and bring balance to the world. »

 
Une fois n’est pas coutume sur Jellyfishthinks, je vais aujourd’hui vous parler d’un cartoon ! Parce que s’il y a bien une chose que j’aime dans la vie, c’est les cartoons.
Donc, Avatar, La Légende de Korra, qu’est-ce que c’est ? (A part un cartoon…)
Et bien c’est le spin-off d’une série dont vous avez peut-être entendu parler – ou même regarder – Avatar, Le dernier Maître de l’Air, de Nickelodeon et crée par Michael Dante DiMartino et Bryan Konietzko.

Dans l’univers fictif d’Avatar, il existe 4 pays. Le Royaume de la Terre, la Nation du Feu, les Tribus de l’Eau du Nord et du Sud, et les Nomades de l’Air. Dans chacun d’eux naissent parfois des individus capables de maîtriser un élément, en rapport avec le pays dans lequel ils sont nés. On les appelle des Maîtres. Par exemple si vous naissez dans la Nation du Feu, vous pouvez avoir le talent inné de maîtriser le feu. Ou être une personne normale. C’est plutôt injuste.

L’Avatar est la seule personne capable de maîtriser les 4 éléments et son rôle est de maintenir l’équilibre du monde. Il en naît un par génération et quand il meurt il se réincarne dans un pays différent à chaque fois. Le cycle de l’Avatar suit cette logique :
Terre > Feu > Air > Eau > Terre > Feu > …

Une carte des quatre nations. Les caractères en haut, 群雄四分, signifient "Les pouvoirs sont divisés en quatre". Les caractères des quatre pays sont 水善 (l'Eau est Bienveillante), 土強 (la Terre est Forte), 火烈 (le Feu est Fier), et 气和 (l'Air est Pacifique). La phrase du bas, 天下一匡, veut dire "Le monde (tout sous le ciel) est guidé par l'unité". Traduit de l'anglais, depuis la page Wikipedia En. N'hésitez pas à nous apporter une meilleur traduction si vous lisez ces idéogrammes ! Et cliquez pour agrandir.

Une carte des quatre nations. Les caractères en haut, 群雄四分, signifient « Les pouvoirs sont divisés en quatre ». Les caractères des quatre pays sont 水善 (l’Eau est Bienveillante), 土強 (la Terre est Forte), 火烈 (le Feu est Fier), et 气和 (l’Air est Pacifique). La phrase du bas, 天下一匡, veut dire « Le monde (tout sous le ciel) est guidé par l’unité ».
Traduit de l’anglais, depuis la page Wikipedia En. N’hésitez pas à nous apporter une meilleur traduction si vous lisez ces idéogrammes ! Et cliquez pour agrandir.

Dans la première série, on suivait les aventures de Aang, jeune Avatar et dernier Maître de l’Air, qui voyageait à travers le monde en compagnie de Sokka et Katara. Son but était de parfaire sa formation d’Avatar et botter les fesses de la Nation du Feu, qui menait une guerre depuis cent ans, en vue de dominer le monde.

Si vous ne connaissez pas, je vous la recommande chaudement, c’est une excellente série animée. J’en reparlerai peut-être tiens !

Aang étant né chez les Nomades de l’Air, Korra, nouvel Avatar, naît dans l’une des Tribus de l’Eau, celle du Sud.

 Les aventures de Korra se passent dans le même univers, 70 ans après la fin du périple de Aang. Cependant, on peut aisément regarder La Légende de Korra, sans avoir vu la série de son prédécesseur. Premier bon point.

Le monde a changé en 70 ans et c’est là une des premières choses vraiment sympa de la série. Les créateurs ont su faire progresser leurs peuples intelligemment, se servant des pistes lancées avec Aang. On se retrouve propulsé à Republic City, une ville pouvant faire penser à Shanghai au début de l’air industrielle, avec un soupçon de Steampunk, et où vivent en paix des ressortissants des quatre nations principales. Ce qui est plutôt bien c’est que l’on découvre tout ça en même temps que Korra.
A 17 ans, elle est pour la première fois autorisée à quitter la Tribu de l’Eau pour parfaire son apprentissage d’Avatar et apprendre à maîtriser l’Air. Nous ne sommes donc pas perdu. Nous découvrons, ou redécouvrons, ce monde inspiré de l’Asie, en compagnie de la jeune fille. 

Korra surplombant Republic City. Une des premières images promo. ©Nickelodeon

Korra surplombant Republic City. Une des premières images promo. ©Nickelodeon

Il faut déjà savoir que ce spin-off était un genre de bonus, prévu pour ne durer que 12 épisodes et montrer un peu qui serait le nouvel Avatar. Au final, le succès ayant été au rendez-vous, nous sommes actuellement dans la diffusion de la quatrième et dernière saison, et la série comportera en tout 52 épisodes. Peu d’épisodes donc, et c’est vraiment dommage, tant l’univers pourrait encore se développer.

Durant ces saisons, nous pouvons parcourir ce monde magique, inspiré de grandes civilisations asiatiques et du grand Nord.

Et que nous raconte ce monde ?

Comme dans la série avec Aang, les mythes, arts, musiques et philosophies asiatiques sont empruntés et retravaillés avec respect. Les deux séries ont été réalisées avec l’aide de consultants culturels. Ça se sent. Ça ne les rend pas exemptes de défauts, mais un travail de grande qualité est appréciable.

On notera que les combats sont toujours aussi cools et bien chorégraphiés. Les arts martiaux bien utilisés et adaptés pour coller à l’univers la série. C’est un vrai plaisir à regarder. L’animation est fluide et on sent la recherche et les professionnels derrière.

 Un des premiers combats de l'Avatar Korra. Source : Tumblr

Un des premiers combats de l’Avatar Korra. Source : Tumblr

Dans la même veine, on remarque que le soin est porté à la qualité graphique du show dans son ensemble. C’est vraiment très beau et bien animé. A mi-chemin entre un cartoon US et un animé nippon (on sent l’influence de studio comme Ghibli).

L’ambiance sonore n’est pas en reste, avec là encore un respect des harmonies asiatiques, et une qualité élevée. Cette série devrait se regarder rien que pour le plaisir des yeux et des oreilles ! 


Trailer de la première saison, pour vous faire une idée !

Et donc c’est une série parfaite, pleine de qualités ?

Eh bien… presque ! On peut toutefois noter que le format prévu initialement est la source d’un important défaut. Car l’intrigue de la saison 1 est dense et ambitieuse. Difficile à traiter en seulement 12 épisodes.
De plus, ce problème se réitère avec les autres saisons. En effet, une saison = un “méchant”. Mais 12 à 14 épisodes. Des saisons standards de 22 épisodes auraient pu être beaucoup plus intéressantes, surtout avec les thèmes sociaux et politiques qu’elles abordent (oui, dans un cartoon jeunesse). 

Amon, antagoniste de la première saison. ©Nickelodeon

Amon, antagoniste de la première saison. ©Nickelodeon

Dans la première saison, Amon est le leader des Égalitaristes, une organisation anti-Maîtres. C’est logique que dans ce monde où certains naissent surpuissants, la population y voit une injustice et demande plus d’égalité aux personnalités politiques. Comment, on ne sait pas trop, mais c’est plutôt réaliste comme approche au final. De plus, c’est une excellente idée de traiter le thème universel des inégalités sociales dans un show pour enfants. Parce que oui, les enfants/ados peuvent comprendre des thématiques complexes comme les revendications des Égalitaristes, qui sont justes, mais dont les moyens peuvent être parfois violent. Ou même plus tard le sujet de la recherche spirituelle est très bien abordé. Car non, nous ne sommes pas obligés de prendre les jeunes ados pour des joyeux idiots et les amener à réfléchir sur un tas de sujets, c’est bien. En plus ça ouvre la série à un public de jeunes adultes, qui peuvent aussi y trouver leur compte.
Dans la saison 2, certains événements auraient mérités 13 épisodes à eux tout seuls. En somme, il y a de quoi faire et le format handicape parfois la série. 

On sent l'inspiration japanime. Source du gif : Tumblr

On sent l’inspiration japanime. Source du gif : Tumblr

Mais tout n’est pas négatif ! Déjà parce que la saison 3 est beaucoup mieux gérée et équilibrée, et que la saison 4 (en cours de diffusion aux États-Unis) est pour le moment totalement maîtrisée ! Ensuite, car la cohérence entre les quatre saisons peut aussi se trouver dans l’évolution des personnages.

Et quels personnages !

Si vous lisez des analyses sur Avatar, La Légende de Korra, une critique revient souvent : les héros se comportent comme des ados, alors que Aang et ses amis étaient plus matures bien que plus jeunes. Bon…
Oui.
Certes.
Mais ce sont des ados !
Les personnages les plus vieux de la Team Avatar n’ont que 18 ans. Être un peu immature à cet âge n’a rien de choquant.

Team Avatar. De gauche à droite : Mako, Korra, Bolin et Asami. ©Nickelodeon

Team Avatar. De gauche à droite : Mako, Korra, Bolin et Asami. ©Nickelodeon

Aang et ses amis, bien qu’ayant entre 12 et 16 ans, étaient obligés de grandir vite. Ils étaient dans un monde en guerre, avec une mission difficile qu’eux seuls pouvaient mener à bien. Ils n’ont pas eu le choix.
Korra a grandi surprotégée et on lui a rabâché qu’elle était un être exceptionnel, destiné à maintenir l’équilibre dans le monde. Monde qu’elle n’a jamais vu, ayant été obligée de rester sous haute surveillance dans la Tribu de l’Eau. Bien sûr qu’après ça, à 17 ans, tu peux être égocentrique, plus que sûre de toi et légèrement capricieuse.
Quant à ses amis, ils sont jeunes eux aussi, et même si certains n’ont pas eu une enfance facile, ils sont loin d’avoir grandi dans un monde ravagé par cent ans de guerre. Ils ont pu, et peuvent toujours, grandir à leur rythme. C’est donc différent de la première série, mais une différence n’est sûrement pas un défaut. C’est même plutôt cohérent.
A titre d’exemple, on peut effectivement constater que Korra est très agaçante au début. En mode “j’ai toujours raison et si tu n’es pas d’accord viens te battre ! “. Sa façon de gérer ses relations (notamment amoureuses) est parfois très pénible. Ça donne envie de la secouer comme un prunier (Korra, et aussi un peu les scénaristes, du coup…). Mais elle ne reste pas dans ce schéma et progresse au fil du temps et de ses interactions avec les autres. C’est au final un plaisir de la voir évoluer et j’ai eu la surprise de ressentir énormément d’affection pour elle, en atteignant la saison 4. On est fier de notre petite Avatar !

Korra, prête à en découdre ! ©Nickelodeon

Korra, prête à en découdre ! ©Nickelodeon

Et si les ados font un peu trop ado, ce ne sont pas les seuls personnages du dessin animé. Les adultes sont réalistes et plein de subtilité, les enfants sont à la fois drôles et très attachants !  La série ne se résume pas qu’à Korra.
Tous les personnages sont travaillés avec soin, attention et réalisme et cela se ressent. Les créateurs ont fait sur ce point un superbe boulot. On ressent l’affection qu’ils leur portent.
Les personnages masculins ne dérogent pas à cette règle. J’aime particulièrement Tenzin, le fils de Aang. Au début Maître de l’Air intransigeant, qui apprend à s’adoucir en enseignant l’Air à Korra. Ses enfants font aussi partie des bonnes surprises de la série. Que ce soit le très drôle Meelo, l’énergique Ikki ou encore la très badass Jinora ! 

Meelo n'est pas facile à élever... De gauche à droite : Jinora, Ikki, leur mère Pema. En bas : Meelo qui mâchonne Tenzin, le père des enfants. Source du gif : Tumblr

Meelo n’est pas facile à élever… De gauche à droite : Jinora, Ikki, leur mère Pema. En bas : Meelo qui mâchonne Tenzin, le père des enfants. Source du gif : Tumblr

J’aimerai tout de même faire un spécial big up aux personnages féminins.
Déjà Korra. C’est encore rare de nos jours d’avoir une héroïne, qui est le personnage principal, botte des fesses, et est un acteur spirituel et politique important pour le monde. Elle s’habille de façon traditionnelle et pratique pour le combat (elle est donc musclée, oui), exerce un sport à haut niveau et elle n’est pas blanche. Ces caractéristiques tranchent passablement avec les personnages féminins qu’on a l’habitude de voir dans la plupart des dessins animés jeunesse.
Korra n’est pas la seule femme notable. Lin Beifong, est la chef de la police de Republic City. Maître de la Terre, elle maîtrise aussi (par extension) le Métal et ne se laisse pas marcher sur les pieds.

Chef Beifong. Source du gif : Tumblr

Chef Beifong. Source du gif : Tumblr

Il y a aussi Asami, au début prototype de la jeune fille superficielle qui se révèle très classe, et cool, et balèze même sans maîtrise, et dirigeante d’une grande entreprise d’innovation (oui, je l’aime).

Asami, pleine de classe ! Source du gif : Tumblr

Asami, pleine de classe ! Source du gif : Tumblr

(Note : ces qualités et les personnages féminins forts sont déjà présents dans la série d’origine, mais elles sont ici plus appuyées et développées.)
C’est bête, mais cela fait de Korra une série originale et un bol d’air frais.

Dans l’ensemble Avatar, La Légende de Korra est une bonne, voire très bonne série. Certains aspects sont mals, ou pas assez, exploités, c’est vrai. Il y a des maladresses. Le début vous fera peut-être hausser quelque fois un sourcil.
Malgré tout, le voyage vaut vraiment le coup. Korra joue dans la cour des grands sur tous les tableaux. Ça serait dommage de se priver !

Du coup, lecteur impatient et convaincu par mon article, tu te dis “ça a l’air GÉNIAL ! Où vais-je pouvoir regarder ça ? “ . Eh bien, je suis au regret de t’annoncer que si tu es anglophobe, cela ne sera pas simple. La VF existe, mais seulement pour la saison 1, que tu peux trouver en DVD dans nos vertes contrées. Tu peux éventuellement te rabattre sur la version espagnole, je sais qu’elle existe pour le marché mexicain. En dehors de ça, malheureusement, point de salut !
Si l’anglais et les VOSTFR ne te font pas peur, alors un nouveau monde de possibilités s’ouvre à toi ! Déjà, oui, on trouve facilement les épisodes de manière illégales sur le web (je te fais confiance, hein ! ). Ensuite, les DVD/Blu-ray US/Canada sont disponibles pour les saisons 1 et 2 (le reste arrive ! ). Et enfin, les épisodes sont en visionnage sur le site de Nickelodeon US – seulement si tu résides en Amérique du Nord (tu peux cependant ruser avec Hola, par exemple, disponible pour Chrome et Firefox).
La chaîne J-One devrait aussi diffuser la série, mais j’avoue ne pas trop savoir où ça en est.
A ce stade, on constate que vouloir regarder Avatar, La Légende de Korra, de manière légale et en VF ou VOST n’est pas chose aisée. C’est très dommage. Cette série le mérite pourtant et la fanbase est là. Je ne comprendrais jamais certaines stratégies de distribution. Mais ce n’est pas le sujet de cet article !

Allégorie de H. Gray s'en retournant regarder ses épisodes. Source du gif : Tumblr

Allégorie de H. Gray s’en retournant regarder ses épisodes. Source du gif : Tumblr

Je te laisse donc découvrir cette série. Moi je vais me replonger dans la saison 4, et me préparer psychologiquement à la fin de 2 ans et demi passés à Republic City !

Share Button
H. Gray
Écrit par H. Gray

Bonjour à vous, mollusques de tous horizons. Ici je me nomme H. Gray et si je devais vénérer un dieu, ça serait Dionysos – et pas ce romain de Bacchus, faut pas déconner. Je vous parlerai séries télés, mode, littérature, dessins animés, parfois jeux vidéos ou choses insolites. Dans la vie, j’ai un diplôme de styliste/modéliste (oui, comme A.J) et je prends très au sérieux tout ce qui ne l’est pas. Ce blog est pour moi l’occasion de recommencer à écrire. Je voulais faire écrivain, en cinquième, puis journaliste. C’est une façon de renouer avec l’enfant à l’intérieur de moi. (Comment ça, je n’ai jamais cessé d’être en contact avec l’enfant à l’intérieur de moi ?)

2 Commentaires
Répondre